FOOTBALL CLUB NEUVILLE ST REMY : site officiel du club de foot de NEUVILLE ST REMY - footeo

Football : un arbitre du Cambrésis, cible

28 février 2014 - 08:46

de violences verbale et physique ... LA VOIX DU nORD

 

Football : un arbitre du Cambrésis, cible de violences verbale et physique

PUBLIÉ LE 27/02/2014

Par FABRICE BOURGIS

La violence dans le sport ? Ça n’est pas l’apanage du football. Des insultes, des coups… Il en fuse un peu partout. Sur les terrains de hockey, comme sur ceux de rugby. Ou de handball, ou de basket-ball, etc. Simplement, quand en seniors, il y a moins d’une quinzaine de matchs de basket dans le Cambrésis, chaque week-end, il y en a, en revanche, un peu plus d’une centaine qui concernent des équipes de foot. Alors forcément, il y a un peu plus de chance d’être victime d’un coup ou d’une insulte sur... un terrain de foot. Et Nicolas Denhez, un arbitre connu dans le secteur, en a malheureusement fait les frais.

 

Plus on descend dans la hiérarchie, plus les difficultés sont grandes pour les arbitres.  VDNPQR

C’était le dimanche 16 février à Masny. L’arbitre, qui officie pour le FC Neuville-Saint-Rémy, gère la rencontre de Première division entre Masny et Noyelles-sur-Selle. Un match qui va parfaitement se dérouler. Jusqu’en début de seconde période… Où l’incident se produit. Connu pour être ouvert au dialogue, comme étant un arbitre qui préfère prévenir que sanctionner, Nicolas Denhez n’a pas non plus pour habitude de faire du zèle. En revanche, se faire respecter est une chose à laquelle il tient. D’où sa sortie à cet instant du match. Que certains jugeront sûrement excessive. Mais qui ne souffre pourtant d’aucune contestation.

4 rouges en 10 secondes

Un peu comme quand un élève insulte son professeur, Nicolas Denhez, qui a officié en Ligue, est alors victime de paroles déplacées. De la part d’un joueur de Noyelles qui n’a pas accepté qu’il siffle une faute contre lui. Ni une, ni deux, il expulse le joueur en question. Une sanction qui n’est alors pas du goût… d’un autre joueur de Noyelles, lequel aurait à son tour tenu des propos blessants. Et qui recevra donc logiquement un rouge. Au grand dam… d’un troisième Noyellois, qui lui aussi se lâche ! Et à qui le retour aux vestiaires est une fois de plus logiquement signifié.

En l’espace de quelques secondes et sur un fait de jeu anodin ou presque, Noyelles est donc réduit à huit. Une situation que ne digère pas... un quatrième Noyellois ! Un joueur qui va à son tour voir rouge puisqu’après être, semble-t-il, monté d’un cran dans la violence verbale, il va commettre l’inacceptable. À savoir adresser un coup de pied à hauteur de hanche à l’homme en noir. Lequel, sous les yeux de ses enfants, présents sur les pourtours du terrain, finit à terre, sans avoir eu le temps de dégainer le quatrième carton rouge qui était promis à son agresseur. Dix secondes de folie dans un match qui, jusque-là s’était déroulé sans anicroche et dans lequel Masny menait 3-0…

« De pire en pire... »

 

Touché mentalement surtout, Nicolas Denhez ira toutefois faire constater sa blessure le lendemain chez son médecin : un hématome de 2 cm sur 8. Avant d’aller déposer plainte, comme l’encouragent à le faire syndicats et commissions des arbitres de France et de Navarre. Et de nous confier ces quelques mots, malgré l’ouverture d’une enquête. « Je n’ai pas compris ce qu’il s’était passé. De suite, des joueurs se sont interposés. Et tous m’ont dit que j’avais pourtant bien arbitré, qu’il n’y avait aucun problème. Mais, c’est de pire en pire… À chaque match, les insultes pleuvent et pour pas grand-chose. Or ce n’est pas tolérable ! Si certains n’osent pas sortir les cartons, moi je ne laisse pas passer. Je fais déjà beaucoup de rappels à l’ordre. Et si j’appliquais les règlements à la lettre, ce n’est pas 5 mais 20 rougesque j’aurais déjà sortis cette saison. » Triste reflet d’une société en perte de repères.

À Noyelles-sur-Selle, on a pris ses responsabilités

En tout cas, le président n’a pas décidé d’attendre la justice civile ou sportive pour prendre ses responsabilités. « Le mardi qui a suivi le match, auquel je n’ai pas assisté, j’ai convoqué les quatre joueurs qui ont été sanctionnés à l’entraînement. J’ai voulu savoir ce qu’il s’était passé. Maintenant, c’est la parole des uns contre celle des autres. Et quatre cartons rouges en trente secondes, c’est quand même énorme. Mais j’ai rappelé à mes joueurs que s’ils pouvaient s’exprimer, ils devaient, en revanche, peser leurs mots. Et pour ce qui est du coup, là, ce n’est pas défendable. »

Le joueur qui a assené le coup de pied à l’arbitre cambrésien « ne rejouera donc plus à Noyelles » annonce le président Lecas, lequel, a tenté en vain, dès le lendemain du match, d’entrer en contact avec M. Denhez pour prendre de ses nouvelles et lui présenter ses excuses.

« S’il y a des choses qu’on ne comprend pas toujours avec les arbitres, cela ne donne pas droit pour autant à tenir des propos incorrects. Là, je m’attends à des sanctions exemplaires. Et pour nous qui nous battons pour faire vivre notre petit club de village, je dois avouer que ce genre de choses… C’est décevant. Sur un match, tout peut s’écrouler… »

Trois questions à Bruno Desse, président de la Commission des arbitres de l’Escaut

M. Desse, quel rôle joue votre commission quand il se passe des faits de violence sur un terrain ?

« Quand il y a une agression… On aime d’abord être au courant ! Je dis ça parce que je suis persuadé qu’il y a encore des arbitres qui ne notifient pas ces faits sur la feuille de match. D’ailleurs, il arrive encore que nous soyons avisés de certaines situations par la bande. Et ça, on ne peut pas y faire grand-chose mais on le déplore, forcément. Car il est clair que dans ce genre de situation, on a besoin d’un soutien moral. Et on est là pour ça. Pour aider l’arbitre à ne pas se sentir seul. Et d’ailleurs, ils le savent tous et ils ont tous le numéro de téléphone chez eux : à la Ligue, ils ont une cellule psychologique à leur disposition. Après, quand on sait qu’il s’est passé quelque chose, la justice sportive est alors saisie. Et on sanctionne. Depuis avril 2013, dans la Ligue et ses cinq districts, les sanctions sont automatiquement doublées dès qu’il y a agression sur un officiel, même un bénévole. Mais pour cela, je le répète, il faut que les gens fassent la démarche ! »

Vous pouvez comprendre que sur certains terrains, ça peut être compliqué de notifier quelque chose...

« Oui mais des rapports complémentaires sont possibles. Si un arbitre rencontre des problèmes sur un terrain, il peut, par exemple, remplir succinctement sa feuille de match sur place. Et après, une fois qu’il a quitté les lieux, il peut vraiment détailler ce qu’il s’est passé. Mais bon, attention : la majorité des gens notifie ce qu’il s’est passé. »

À votre avis, la situation empire-t-elle sur les terrains de District ?

« Depuis 2006, l’arbitre est dépositaire de l’autorité publique. En cas de violences, il peut donc déposer plainte. Et la peur du correctionnel... Elle a eu des effets indéniables. Les gros cas de violences sur arbitres ont sensiblement diminué. Or des problèmes et il y en a toujours de trop. Et puis les incivilités se sont aussi déplacées, avec des extérieurs, des tierces personnes, qui viennent mettre la pagaille. »

 

 

Quid de l’affaire

Où en est l’affaire ?.- Pour l’heure, l’affaire concernant l’arbitre cambrésien est entre les mains de la justice civile et de la justice sportive. Pour ce qui est du civil, l’affaire sera jugée prochainement au tribunal correctionnel de Cambrai. L’arbitre cambrésien a, en effet, déposé plainte deux jours après les faits, certificat médical (avec interruption temporaire de travail inférieur à huit jours) à l’appui. Pour ce qui est du sportif, une instruction est actuellement en cours. Toutes les personnes impliquées dans l’affaire sont ou vont donc être auditionnées. Puis elles seront convoquées par la Commission de discipline du District Escaut qui juge en premier ressort.

Et ensuite ?.- Lors du passage devant la Commission de discipline, toutes les parties pourront être assistées par un avocat. À noter que le joueur auteur du coup, s’il est sanctionné, aura la possibilité de faire appel auprès de la Ligue dans les dix jours qui suivront. Et ce, dans la mesure où la sanction sera supérieure à un an de suspension.

Commentaires

pascal lesaint 1 mars 2014 17:21

c est grave,bon rétablissement à nico.en espérant ne plus voir ça.

3-0
PROUVY EA / FCN SENIORS B environ 8 heures
PROUVY EA / FCN SENIORS B : résumé du match environ 8 heures
FCN SENIORS A / PAILLENCOURT et 2 1 jour
ALAIN TOUZE, gérald cailliez et 8 autres personnes ont pronostiqué Pronostique FCN 2017-2018 3 jours
MATCHS FCN U15 - U16 - Saison 2017-2018 : nouvelles photos 5 jours
MATCHS FCN U15 - U16 - Saison 2017-2018 5 jours
MATCHS SENIORS B - Saison 2017-2018 : nouvelles photos 6 jours
MATCHS FCN U11/ U12 - Saison 2017-2018 et 8 autres : nouvelles photos 6 jours
MATCHS FCN U11/ U12 - Saison 2017-2018 6 jours
MATCHS FCN U17- U18 - Saison 2017-2018 6 jours
EQUIPE U17 - PHOTO GROUPE 6 jours
MATCHS DU WEEK END AU F.C.N et 2 autres 7 jours
6-0
FCN U16 / U.S. FONTAINE NOTRE 7 jours
FCN U16 / U.S. FONTAINE NOTRE et 3 autres : résumés des matchs 7 jours
1-2
C.A.S. ESCAUDOEUVRES / FCN U14 7 jours

SUIVI DU SITE FCN

 

 NEW: 01/10/2017

le site FCN atteint les 1 609 000 visiteurs ...

  

Merci à tous d'être derrière et

 avec le FCN Footeo depuis le 17 Mars 2011....

  

21913 visiteurs au mois de

Septembre 2017